Mardi de 16h30 à 18h30
 Mercredi de 14h00 à 18h30  

Les 1er et 3ème

Samedi du mois 

de 15h00 à 18h00     
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

L’échappée belle du bibliobus de David Whitehouse

51KbTzg7J7L. SX210 Résumé : Des personnages cabossés, un moyen de transport insolite, un long et périlleux voyage.À douze ans, Bobby passe ses nuits à répertorier cheveux, vêtements et autres traces de la vie de sa mère en attendant son retour... qui ne viendra pas. Cette dernière est morte brutalement, et le jeune garçon n'est pas prêt à l'accepter. Battu par son père, Bobby se croit seul au monde jusqu'au jour où il rencontre Val et sa fille handicapée, Rosa. Tous trois nouent des liens très forts et passent un été magique parmi les livres du bibliobus où Val est femme de ménage. Mais, bientôt, une rumeur sur la nature de la relation entre la mère célibataire et l'adolescent se propage dans la ville. Contraints de s'enfuir à bord de la bibliothèque ambulante, ces êtres égratignés par la vie vont s'embarquer dans une aventure pleine de rebondissements, digne des " classiques " qu'ils ont pris l'habitude de dévorer... "

Avis : Il était une fois... ce livre est presqu'un conte, il en a la construction en somme. D'un côté les méchants, la victime qui est sauvée par la belle princesse puis il rencontre un "ogre gentil" une belle bande de personnages cabossés prenant la fuite d'un monde qui leur échappe, traquée par la police. La force de l'ouvrage est de nous faire partager la force des liens qui se nouent entre les personnages. En paysage, il y a "le" BIBLIOBUS et ces livres en bibliotherapie. Les personnages sont en fuite, en aventure, en reconstruction. On assiste à un roadmovie, rempli d'humanité et de tendresse le temps d'un été.

Simone.

RESERVER

Le jeu de ripper d’Isabel Allendé

Résumé : Les femmes de la famille Jackson sont comme le jour et la nuit. Indiana, la mère, exerce comme masseuse-thérapeute à la clinique de San Francisco. Séparée du père de sa fille, qu’’elle a eue alors qu’’elle était lycéenne, elle est indépendante et épanouie, et a du mal à se dire qu'elle pourrait refaire sa vie : que ce soit avec Alan, riche héritier d’’ une grande famille de la ville qui la couvre de cadeaux dont elle ne sait que faire, ou avec Ryan, ancien navy seal qui a perdu une jambe au cours d’’ une mission en Afghanistan.
Contrairement à sa mère, qui ne voit le mal nulle part, Amanda, comme son père, inspecteur de la police de San Francisco chargé des homicides, est obsédée par la face sombre de la nature humaine. Brillante, introvertie, lectrice passionnée, elle a créé un jeu de rôle en réseau, Ripper, pour résoudre les grandes énigmes de l’’ histoire criminelle.
Quand la ville est secouée par une série de meurtres étranges et sordides, Amanda met ses enquêteurs au travail. Mais bien vite, le jeu se transforme en cauchemar lorsqu’’Indiana disparaît…

Avis : L'originalité de ce livre tient tout d'abord à son petit côté « madeleine de Proust », du moins pour les lecteurs plus que quinquagénaires, car on y trouve une sorte de « Club des cinq » version XXIème siècle, une équipe d'ados engagés dans un jeu de rôles nommé « Ripper » (soit l'Éventreur, du nom du célèbre tueur en série londonien). Mais ces gamins -là sont plongés dans les jeux vidéo, dialoguent à travers le monde sur Internet et unissent leurs talents pour « aider » la police à résoudre de vrais crimes. Une anorexique visionnaire, une « maîtresse du jeu » aidée de son grand-père et de son père policier, un stratège, un ado futé en fauteuil roulant : quelle équipe !

Isabelle

RESERVER

Lazare de Lars Kepler

41Pp0C81EL. SX195 Avis : Un appartement d'Oslo, donc l'occupant a été trouvé mort, dans un état de décomposition avancée. Quand la police investit les lieux, elle fait une autre découverte macabre : la victime était visiblement un profanateur de tombes qui collectionnait des "trophées". Au nombre desquels le crâne de l'épouse de Joona Linna. Quelques jours plus tard, une inspectrice allemande prend contact avec Joona pour solliciter son aide sur une troublante affaire de meurtre dans un camping aux abords de Rostock. Rien n'aurait pu le préparer au choc qui l'attend, car ce qui n'était d'abord qu'un pressentiment absurde va basculer irrémédiablement vers une certitude terrifiante : le redoutable tueur série Jurek Walter est de retour. L'inspecteur sait qu'il ne lui reste qu'une chose à faire : mettre sa fille à l'abri.

Résumé : Avec Lars Kepler, pseudonyme du couple d’écrivains suédois Alexander et Alexandra Ahndoril, on baigne dans le roman noir pur et dur : des crimes cruels, des descriptions sanglantes, une ambiance glauque et sordide, couplée à des dénouements sombres … Je suis restée en apnée une bonne partie du roman, le suspense et la tension sont en permanence au rendez vous. Par moment, on serait presque tenté de sauter les lignes pour connaitre la suite et enfin reprendre son souffle.
Les personnages sont attachants et on ressent avec eux beaucoup d'émotion car malgré le fait que ce soit des personnages principaux , ils ne sont pas épargnés, il n'y a pas de happy end.

Isabelle

RESERVER

Te laisser partir de Clare Mackintosh

51 NMm9tzPL. SX210 Résumé : Un soir de pluie à Bristol, un petit garçon est renversé par un chauffard qui prend la fuite.
L'enquête démarre, mais atteint rapidement son point mort. Le capitaine Ray Stevens et son équipe n'ont aucune piste. Rien. Après cette nuit tragique, Jenna a tout quitté et trouvé refuge au Pays de Galles, dans un cottage battu par les vents. Mais plus d'un an après les faits, Kate, une inspectrice de la criminelle, rouvre le dossier du délit de fuite. Et si l'instant qui a détruit tant de vies n'était pas le fait du hasard ?

Avis : Au cours de la première partie, ça ronronne tranquillement : le capitaine Ray Stevens et sa collègue Kate font ce que font tous les policiers du monde : Les chapitres se suivent alternant les points de vue sur la non-évolution de l'enquête et la nouvelle vie océanique de Jenna. Sauf que, parvenus à la dernière page de la première partie, on relit 3 fois le dernier paragraphe pour vérifier qu'on a bien lu et bien compris. On a bien lu, c'est écrit, il ne peut pas s'agir d'une coquille, et notre premier reflex, c'est de relire les 225 premières pages pour vérifier à quel moment on a loupé un embranchement dans l'histoire. Dans la seconde partie, compte-tenu de cette révélation préalable et imprévisible, on a envie de savoir…

Isabelle

RESERVER