Lundi

réservé maternelles

10h30 à 12h00

14h00 à 15h30

 Mardi 16h00 à 18h30  
Mercredi  14h00 à 18h30
Aucun évènement dans le calendrier
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Nouvelle Babel de Michel Bussi

CVT Nouvelle Babel 8781Résumé : Une seule terre, un seul peuple, une seule langue. Plus de frontières plus de moyens de locomotion coûteux et polluants, vous en avez rêvé, la recherche scientifique l'a réalisé . Nous sommes en 2097, à l aube du XXII siècle la téléportation humaine n'est plus un rêve. Dès l'âge de six ans chaque être humain se voit offrir un TPC ( TéléPuerto Cuerpo ) une sorte de montre bracelet connectée et survitaminée qui permet de se rendre à l'endroit de son choix dans la seconde. Tout autre moyen de transport étant devenu obsolète, l'air est devenu respirable dans les métropoles qui, elles-mêmes, sont devenues inutiles, comme tout regroupement important d'être humains.

Avis : La société qu'il nous présente est utopique, on en rêverait tant ça a l'air simple, facile, sans prises de tête. Plus de guerres, plus d'armement, presque plus de crimes. Quel  rêve !
Ah, pardon, on vient de trouver 10 corps assassinés sur une île, plus un chien. Pourquoi le chien a-t-il été tué aussi ? Parce que l'auteur aime assassiner les animaux ? quel méchant ( mais il a épargné le chat, merci à lui).
Les enquêteurs envoyés sur place ne comprennent pas, nous non plus d'ailleurs et il faudra lire tout le roman pour que toutes les questions trouvent leur réponse. Nous avons beau être dans de la science-fiction où les téléportations sont possibles, il n'en reste pas moins qu'il faut enquêter sur ces assassinats et qu'il y en aura d'autres.

Un roman différent des autres, certes. Un roman qui ne manque ni de profondeur, ni de justesse, ni de références à notre époque actuelle. Une fois de plus… Merci monsieur Bussi !

Isabelle

RESERVER

Ainsi gèlent les bulles de savon de Marie Vareille

51RFyy8XDBL. SX195 Résumé : Deux traits roses sur un bâtonnet en plastique... Claire peine à y croire, elle a même vérifié trois fois. Quelle joie pour elle qui a passé la plus grande partie de son enfance seule avec sa mère, à s'inventer des frères et soeurs imaginaires. Et c'est des larmes pleins les yeux qu'elle annonce la nouvelle à Thomas. Mais, en arrivant à l'agence de publicité dans laquelle elle travaille depuis cinq ans, c'est une toute autre nouvelle qui l'attend. Loin d'être réjouissante celle-là puisque son patron lui annonce de but en blanc qu'elle est virée sur le champ.

Océane, depuis que Mam's a décidé de divorcer à cause du "scandale", vit seule avec son père, le professeur Alain Vasseur, avec qui elle s'est installé à Kefalonia. À dix-neuf, elle s'apprête, bien malgré elle, à faire sa rentrée à l'université de Bronwell. Heureusement, dès le premier jour, elle fait la connaissance de Mei...

Une jeune femme a tout quitté, pris quelques affaires avec elle avant de partir et laissé derrière elle son bébé. La maison en banlieue, le mari, le bébé, le prêt immobilier... Tout ça n'était pas pour elle qui était faite pour être libre. Malgré la distance qui la sépare de son enfant, elle ne peut s'empêcher de penser à lui, espérant de tout coeur, lorsqu'elle pose le pied sur le sol indonésien, que celui-ci saura lui pardonner...

Avis : Trois pays : la France, les États-Unis et l'Indonésie. Trois femmes que rien ne semble relier, excepté leur passion commune, la littérature.  Marie Vareille dépeint, en parallèle, leur portrait. Trois portraits de femmes bouleversants de sincérité et d'humanité. Au fil des pages, on les découvre, chacune avec leurs blessures, leurs  espoirs, leurs craintes, leurs secrets. Petit à petit, un lien se noue entre elles jusqu'au dénouement inattendu. L'auteure aborde, tout en sensibilité et avec une grande justesse, le thème de la maternité (aussi bien celle désirée que non désirée, la difficulté de devenir mère), de la parentalité (à partir de quand devient-on parent, le poids porté par les mères...), de la féminité, de la liberté mais aussi de sujets encore tabous tels que le burn-out ou encore l'incapacité à se sentir mère. Autant de sujets auxquels la plupart des femmes s'identifieront.
Un roman bouleversant, fort et doux-amer servi par un plume délicate et lumineuse...

Isabelle

RESERVER

Cœur du Sahel d’Amadou Amal Djaïli

Après ‘Les impatientes' Prix Goncourt des lycéens 2020, entre viol et polygamie, Djaïli Amadou Amal nous offre encore un récit puissant sur les conditions de vie des femmes du sahel avec le portrait émouvant de Faydé.

41mXAsyCjL. SX195 Résumé : Faydé vit dans les montagnes dans l’extrême-nord du Cameroun. Pour que sa mère, ses frères et sa sœur ne soient pas dans le besoin, son beau-père ayant disparu au cours d’une razzia de Boko Haram, la jeune adolescente décide de partir à Maroua, la ville la plus proche, où elle sera domestique. Comme ses comparses, elle devra se faire à sa nouvelle vie, citadine et difficile pour les filles. Mépris de classe, mauvais traitements, viols… Comment Faydé parviendra-t-elle à se frayer son chemin dans un environnement, où son destin semble tracé à l’avance ?

Avis :  Surnommée par la presse camerounaise ‘La voix des sans-voix', Djaïli Amadou Amal nous raconte la vie harassante des domestiques au coeur du sahel, le mépris des coépouses qui les considèrent comme des animaux, le droit de cuissage du maître de la concession. Un roman fort sur la condition des femmes, les traditions ancestrales, la puissance des castes, deux mondes qui se côtoient, mais ne se mélangent jamais, les riches commerçants et ceux qui les servent et obéissent avec le sourire, mais le coeur empli d'une amertume inavouable. Il faut baisser le regard et surtout fermer sa bouche. L'éducation et l'école, seules portes de sortie, un luxe inaccessible pour ces jeunes filles. L'ombre de Boko Haram qui sème la désolation dans les villages, les prises d'otages, on abuse des femmes et des fillettes, on les transforme en objets sexuels ou en bombes humaines pour des attentats, on fait travailler les hommes jusqu'à l'épuisement.

Isabelle

RESERVER

L’illusion de Maxime Chattam

L IllusionRésumé : Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l'été. Ne reste alors qu'une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d'arriver, mais, déjà, quelque chose l'inquiète. Ce sentiment d'être épié, ces "visions" qui le hantent, cette disparition soudaine… Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu'à douter de sa raison…   Pourra-t-il supporter l'isolement pendant vingt semaines ?  Doit-il se méfier d'une personne du groupe ou est-ce le lieu qui est maudit ?
Bienvenue à Val Quarios, une "jolie petite station familiale" où la mort rôde avec la gourmandise d'une tempête d'été.

Avis : On ne va pas le cacher, le synopsis fait de suite penser à Shining. Une ambiance qui est d'ailleurs totalement assumée par l'auteur puisqu'il y fait lui-même référence. Sauf qu'ici on n'est pas vraiment dans un huis-clos. En effet, le récit se déroule en grande partie en extérieur, dans l'ensemble de la station de ski. La carte en début de livre est bien utile pour se repérer et visualiser l'emplacement des différents bâtiments.
Comme pour le signal, j'ai trouvé que la musique conseillée par l'auteur a son importance pour la lecture, surtout la BO de Doctor Sleep. Dans ce roman, le groupe des quatorze personnages présents à Val Quarios est plutôt bien construit, notamment Lily, Jina et Hugo le protagoniste. L’histoire suscite un suspense assez réussi jusqu'au bout mais, comme souvent dans ce genre de livres très longs, le dénouement est bref au moment où le lecteur apprécierait une vingtaine de pages supplémentaires.
Ou alors, une suite  ? Qui sait  ? ...
Isabelle

RESERVER